Tableau de synthèse sur l'opposition des logique libérale et keynésienne sur la nature de la monnaie

Publié le par ses

L’analyse keynésienne  de la monnaie, donc du taux d’intérêt, propose une démarche très différente de celle des néo-classiques .

 

 

 

      Néo-Classiques

 

        Keynésiens

 

conception de l’avenir

 

l’avenir est connu avec certitude car les individus rationnels (HO) disposent de toutes les informations possibles leur permettant d’agir sur le marché

 

le monde est dominé par l’incertitude face à l’avenir (8 p 60)

 

 

conséquences sur l’action des individus

 

 

les individus qui sont des homo oeconomicus rationnels et égoïstes n’ont alors qu’à optimiser leurs actions en fonction du cadre dans lequel il se situe

 

 

 

les individus vont alors essayer de recourir à diverses techniques de réduction de l’incertain qui doivent leur permettre de réduire les risques d’erreurs quant aux décisions telles l’investissement qui engage l’avenir .Mais la rationalité des individus est limitée ; ils vont alors adopter des comportements moutonniers qui les conduisent à se conformer à l’opinion dominante ou à supposer que l’avenir est une simple répétition du présent . Il n’en demeure pas moins que le risque d’erreur est important .

 

 

 

raisons de la détention de monnaie

 

 

Dès lors , la monnaie ne se présente que comme une technique qui permet de faciliter les échanges par rapport au troc ( motif d’encaisses- transactions ) .La monnaie n’est donc qu’un voile .

 

 

la détention de la monnaie va être déterminée par cette incertitude vis-à-vis de la monnaie . En effet , la monnaie présentant l’intérêt , par définition , d’être totalement liquide , l’individu va la détenir pour des raisons psychologiques :elle lui permet de se rassurer . Plus le risque d’erreur dans les calculs de l’individu sera fort , plus la détention de monnaie sera importante

 

Définition et rôle du taux d’intérêt

 

le taux d’intérêt dépend de la sphère réelle ; il a pour rôle d’inciter à la renonciation à  la consommation en rémunérant l’épargne . Dans la logique néo-classique , il n’y a pas de thésaurisation car les individus n’y auraient aucun intérêt , étant donné que la monnaie n’est qu’un intermédiaire des échanges et n’est pas recherchée pour elle-même

 

contrairement aux néo-classiques , la monnaie n’est pas seulement un voile, du fait de la préférence pour la liquidité les individus vont détenir de la monnaie pour elle-même, le rôle du taux d’intérêt est alors de compenser le coût psychologique que l’individu subit quand il renonce à la liquidité en opérant un placement . Keynes considère donc que , contrairement aux classiques , le taux d’intérêt n’agit pas dans la sphère réelle ( il n’opère pas la répartition du revenu entre consommation et épargne ) mais dans la sphère monétaire ( il répartit ce qui est détenu sous forme liquide et sous forme de placement ) 

 

Publié dans COURS DE TERMINALE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article