UN TABLEAU PRESENTANT LES SOLUTIONS PRECONISEES PAR KEYNES POUR LUTTER CONTRE LE CHOMAGE ET LEURS CRITIQUES OPEREES PAR LES NEO-CLASSIQUES

Publié le par ses

SOLUTIONS PRECONISEES PAR KEYNES POUR LUTTER CONTRE LE CHOMAGE ET LEURS CRITIQUES OPEREES PAR LES NEO-CLASSIQUES

 

 

 

Selon les néo-classiques les solutions préconisées par Keynes vont avoir des effets pervers : elles sont responsables du chômage actuel

 

 

Solutions proposées par Keynes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Solution proposées par Keynes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

·         la réduction des inégalités :

 

-          elle est inutile : c’est l’offre qui crée la demande .

 

-          dangereuse : il faut favoriser l’épargne . Or , en prélevant sur les classes riches qui ont une capacité d’épargne forte et en redistribuant aux classes défavorisées , qui ne sont pas capables d’épargner , on freine l’accumulation

 

-          l’augmentation des prélèvements va inciter les riches qui travaillent , investissent et créent des emplois à réduire leur activité et donc à réduire la création d’emplois$

 

-          l’augmentation des prestations sociales aux plus défavorisés va les inciter à ne pas travailler

 

 

 

·         augmentation de la masse monétaire en circulation est inutile et dangereuse :

 

 

-          inutile :d’après la théorie quantitative de la monnaie , une augmentation de la masse monétaire en circulation n’ a aucun effet sur la production ; elle ne fait qu’augmenter l’inflation

 

 

-          dangereuse : peut fausser les calculs rationnels des agents et freiner leur décision d’épargne et d’investissement

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

·         Accroître la demande artificiellement ne sert à rien car les entreprises n’augmentent leur production que si elles ont des capacités de production rentables. Si ce n’est pas le cas l’augmentation de la demande entraine un déséquilibre entre l’offre et la demande de biens (O>D) qui détermine de l’inflation.

 

 

 

 

·         une augmentation de l’effort d’épargne est favorable , car elle crée les conditions préalables à une accumulation du capital :

 

­ épargne Þ¯ du taux d’intérêt réel Þ ­ de l’investissement Þ création d’emplois

 

En revanche , il ne sert à rien de diminuer artificiellement l’inflation à taux d’intérêt nominal constant . Cela ne servirait qu’à inciter les entrepreneurs à réaliser des investissements non rentables en faussant le calcul économique des agents .

 

 

 

Comme le marché de CPP ne dispose pas de capacités d’autorégulation ramenant à l’équilibre , il faut que l’Etat intervienne directement dans l’économie .

 

 

Keynes propose donc  plusieurs mesures :

 

 

·         opérer une redistribution des revenus en réduisant les inégalités : ce sont les ménages les plus pauvres qui ont la propension à consommer la plus forte . Accroître leurs revenus permettrait d’accroître la demande effective .

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

·         augmenter la masse monétaire en circulation :

 

-          Keynes rejette l’hypothèse de la théorie quantitative de la monnaie ; il ne croit pas à la dichotomie du réel et du monétaire ;

 

-          Dès que l’économie est au sous-emploi , une augmentation de la quantité de monnaie engendre une augmentation de la production

 

·         un peu d’inflation ne ferait pas des mal , car cela aurait 2 conséquences positives :

 

-          une hausse de l’inflation à taux d’intérêt constant entraîne une baisse du taux d’intérêt réel ce qui a 3 effets favorables : dissuade l’épargnant et favorise la consommation ; réduit la valeur des dettes et permet aux agents endettés de consommer davantage ; engendre une augmentation de l’investissement

 

-          une hausse du taux d’inflation , à taux de salaire nominal constant , engendre une baisse du salaire réel . Cela incite les entreprises à embaucher

 

 

·         accroître la demande : consommation , dépenses de l’Etat , investissement . Pour soutenir le demande effective et donc l’emploi , il est nécessaire de socialiser l’investissement , ce qui nécessite une intervention directe et importante de l’Etat .

 

 

 

 

 

·         Car , l’augmentation de l’effort d’épargne est dangereuses :

 

­épargne Þ¯ consommation Þ¯ demande effectiveÞ ¯ production Þ­ chômageÞ¯ revenu Þ¯ consommation

 

 

Publié dans COURS DE TERMINALE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fossileur 21/11/2006 19:51

 
DANS LES 2 CAS
ILS SONT SIMILAIRES SUR  LE FOND
CAD   LA DESTRUCTION DES ENERGIES FOSSILES
  CHARBON
 GAZ
  PETROLE
 URANIUM
 METAUX
 ils sont du ^même monde industriel depuis plus de 200 ans
 la destruction massive des biens naturels de la planète